L’ANTHROPOMORPHISME

L'anthropomorphisme

L’anthropomorphisme est la tendance à attribuer à l’animal des comportements ou des sentiments propres à l’homme. Cette orientation, source d’incompréhensions mutuelles entre le maître et son chien, s’est fortement accentuée au cours de ces dernières décennies.        Jusqu’à la moitié du XXème siècle, en effet,  le chien devrait avoir une utilité dans le foyer : assurer la sécurité de ses propriétaires, les alerter en cas de danger, les débarrasser de leurs déchets, tenir chaud ou encore chasser.                                                                                Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, son statut a évolué : il est devenu un animal de compagnie, un palliatif à la solitude des humains, étroitement lié à son propriétaire. Pour beaucoup d’ailleurs c’est un membre de la famille et la frontière entre nos deux espèces devient plus floue. C’est là que le bât blesse, car malgré tous nos efforts, les chiens ne seront jamais des humains. L’anthropomorphisme nous pousse aussi à bafouer les codes sociaux et les besoins de nos compagnons à quatre pattes. Notre vision déformée du chien nous conduit à le méjuger et à le mal comprendre. Cela génère des comportements inadaptés chez lui comme de la malpropreté, des destructions, des morsures, des fugues ou des aboiements intempestifs. Si notre chien est un compagnon affectueux et fidèle, nous sommes pourtant deux espèces bien distinctes qui cohabitent sous le même toit.

Certains maîtres nourrissent à l’égard de leur animal tellement d’amour qu’ils finissent par prêter à leur chien des comportements et des sensibilités qu’ils n’ont pas.. Ce qui revient en réalité à oublier que le chien est avant tout un animal, certes domestiqué, mais un animal tout de même.                                                                                         On aime le chien pour ce qu’il n’est pas. On l’aime mais on ne le connait pas. En croyant bien faire , nous le traitons de manière inadaptée. Nous lui prêtons facilement des attitudes, des sentiments qui sont pourtant typiquement humain. La proximité avec lui, nous conduisant à abolir les frontières inter spécifiques et à le considérer comme une sorte de congénère, oubliant par la même ce qui fait sa spécificité en tant qu’animal. Pour le chien, le maître est bien un congénère, son chef de meute. Il ajuste ses comportements en fonction de cette donnée. Que le maître se comporte avec lui comme un enfant n’entre pas dans ses schémas comportementaux et peut provoquer chez lui des comportements de dominant. Ce qui est souvent  interprété par le maître comme de l’agressivité.                                                                              Les contresens comportementaux s’expliquent facilement par l’ignorance qu’à l’anthropomorphisme des spécificités de chaque animal, du fait que le monde, tel que nous le percevons est propre à nous humain et n’est pas le monde tel qu’il existe pour les animaux.

Practice Areas

Les conséquences possibles de l'anthropomorphisme

  Je ne te comprend pas

Je ne te comprend pas

Manque de compréhension entre l'animal et le maître puisque que nous lui prêtons des sentiments qu'il n'a pas. Nous passons à côté de besoins qu'il a vraiment

Je suis propre

Je suis propre

Un excès d'hygiène peut entraîner des maladies de peau et des lésions cutanées chez le chien. Il n'a pas besoin d'être lavé tous les jours !

Je suis suralimenté

Je suis suralimenté

Une suralimentation du chien peut entraîner l'obésité et/ou des maladies mortelles. Arrêtons de les gaver

Je n'ai pas besoin d'être porté comme un bébé

Je n'ai pas besoin d'être porté comme un bébé

Les chiens de petite taille, s'ils sont perpétuellement portés n'ont jamais de contact avec les autres chiens. En habillant ou en parfumant notre chien, nous empêchons également les contacts avec ses congénères qui ne reconnaissent pas cet individu comme étant l'un des leurs.

Je ne me situe plus

Je ne me situe plus

Le chien ne trouve plus sa place dans une famille qui pour lui représente, rappelons-le, une meute avec un fonctionnement hiérarchique précis.

J'ai besoin parfois de soins

J'ai besoin parfois de soins

Certains maîtres refusent de prodiguer des soins vétérinaires à leur chien parce que celui-ci "n'apprécie pas ça" ou refusent d'euthanasier leur chien alors que celui-ci souffre d'une manière irrémédiable.

Contactez moi

Vous n'arrivez plus à gérer votre chien ? Vous vous posez des questions sur l'éducation à lui donner ? N'hésitez pas à me contacter par téléphone ou via le formulaire de contact. Vanessa JACQUEMIN - Comportementaliste Canin à Rambervillers dans les Vosges

Contact info

88700 RAMBERVILLERS

Me contacter

Des questions ? me consulter

    Past events

    Mes articles

    L’ANTHROPOMORPHISME

    L’anthropomorphisme L’anthropomorphisme est la tendance à attribuer à l’animal des comportements ou des sentiments propres à l’homme. Cette orientation, source d’incompréhensions mutuelles entre le maître et son chien, s’est fortement accentuée au cours de ces dernières

    Read More »

    Le chat et ses humeurs

    Le chat fait ce qu’il veut quand il veut ! Il ne ment jamais et ne cherche pas à nous tromper, ni à se faire pardonner !  Nous devrions prendre exemple sur leur comportement. La vie

    Read More »

    Paroles des Indiens d’Amérique

    “Vous avez remarqué que toute chose faite par un indien est dans un cercle. Nos tipis étaient ronds comme des nids d’oiseaux et toujours disposés en cercle. Il en est ainsi parce que le pouvoir de

    Read More »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Retour haut de page